• Après plus de neuf ans de remise sur le métier d'une proposition pour une nouvelle Constitution, il aurait pu sembler fou de changer encore quelque chose.

    C'est pourtant ce qui a été fait, le scrutin à deux tours ayant démontré amplement ses limites. Désormais dans le texte proposé pour désigner ensemble ceux qui élaboreront ensemble les lois, destinées à réaliser les grandes options par le Peuple Souverain par référendum (à choix multiples si nécessaire), l'appel au vote ne se fera qu'une fois.

    En revanche, comme cela était déjà proposé, si le candidat en tête du scrutin n'obtient pas vingt-cinq pour cent et une voix du corps électoral (abstentionnistes compris), le vote de la circonscription est annulé, et une nouvelle session est organisée avec DE NOUVEAUX CANDIDATS, puisque manifestement ceux-là étaient largement rejetés.

    Il sera toujours temps, ensuite, de signaler des députés qui se signaleraient par des votes et des positions manifestement différents des engagements pris au moment de la campagne électorale. Chaque candidat est libre de ses opinions (plus de partis, ne restent que des associations, des mouvements de réflexion qui n'ont plus le droit de présenter LEURS candidats), mais dans ses votes il doit rester fidèle à l'esprit de ses prises de position, et de sa profession de foi. Il ne faut pas oublier que les députés sont élus PAR LE PEUPLE, POUR LE PEUPLE.

    https://ti1ca.com/kuse9x5y-2020-01-28-constit-a-modif-2020-01-28-constit-a-modif.pdf.html

    Bien entendu, cette proposition de Constitution reflète les opinions de l'auteur du texte, et ne constitue qu'une suggestion.

     Amis de toute la France, tous ensemble, et chacun, réfléchissons à l'avenir que NOUS voulons. Et surtout pas de celui que d'autres voudraient nous imposer.

    Jean-Claude


    votre commentaire
  • Oui, rassemblons-nous comme nous y invite André Bellon, pour commémorer et nous remotiver.

    Commémorer notre vote ô combien républicain du 29 mai 2005, qui était une grave décision de refuser "cette Europe" qui était celle des financiers contre les Peuples, tous les peuples de la Terre.

    Nous remotiver afin de continuer à lutter pour que, malgré eux, nous fassions chuter les capitalistes ET LEUR MONDE. Le combat doit être incessant, sans relâche ni découragement. Comme disent nos amis du journal Fakir (à lire, à faire lire, à soutenir plus que jamais), «  A la fin, c'est nous qu'on va gagner ».

    Voici l'appel d'André Bellon.


    -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

    Cher(e)s ami(e)s,
    Comme chaque année, nous appelons à célébrer le vote exprimé par les français en mai 2005 contre le traité Constitutionnel européen. A Paris, ce sera dans le jardin des Tuileries le mardi 31 mai à 18h30 à côté de la plaque qui rappelle la proclamation de la première République en face du 228 rue de Rivoli (métro Tuileries). Venez nombreux.

    Je vous transmets par ailleurs l’émission de l’Association pour une Constituante (APUC) le mercredi 11 mai 2016 dans le cadre de son partenariat avec Radio Aligre. Cette 30èmeémission a trait aux questions posées par les "Nuits debout" et aux réponses que veulent donner l’Association pour une Constituante et les Communes citoyennes à la crise de régime actuelle.

    Antonin De Laever, doctorant à l’école d’économie de Paris et chargé de cours à sciences po animait cette émission en compagnie de quelques-uns de ses étudiants Claire Collin, Remy Dejou, Stanislas Naveau, Solène Veraeghe. Ils dialoguaient avec André Bellon, Président de l’Association, Yvan Lubraneski, Maire des Molières et Michel Ezran, au nom de radio Aligre.






    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique